Le meilleur manager est ROCK

Le meilleur manager est ROCK

mettez du rock dans votre entreprise

Le concept d’un manager ROCK N’ROLL fait rêver ou bien fuir. En fonction de l’entreprise mais surtout de ce que votre imaginaire fabrique derrière le mot ROCK. Avez-vous des managers rock dans votre entreprise ? Non ? Dommage…

Etre ROCK c’est libérer sa créativité.

Vous êtes sur votre Harley, route 66, cheveux au vent et lunettes de soleil bien installées … Etre rock c’est être libre. Mais libre dans le sens sans contrainte. Un manager Rock serait donc un manager qui ne respecte pas les règles ? Un objecteur de conscience anarchique ? Bien sûr que non. Un manager rock est celui qui prend les règles et les contraintes comme les limites de son terrain de jeu. A l’intérieur : no limit. On fait fi des a priori, du qu’en-dira-t-on. C’est l’esprit du manager qui est libre. Libre de… libérer les esprits qui composent son équipe. Libre de créer, de proposer.

Etre ROCK c’est faire bouger les lignes.

Le rocker est un provocateur qui toise la société du haut de ses Rangers taguées. Il vous regarde sûr de lui et de son effet. Un manager rock viendrait donc chercher les embrouilles ? On n’est pas à Hollywood. Un manager rock titille avant tout pour faire réagir. Un manager rock c’est celui qui pose les vrais sujets avec comme seule volonté de faire avancer les débats. Impertinent mais surtout confrontant, interpellant… bienveillant.

Etre ROCK c’est être fidèle.

Entre rockers on s’aide. On se soutient. Appartenir à la famille du rock c’est embrasser les valeurs mais aussi les codes, les signes distinctifs d’appartenance à sa communauté. L’habit fait le moine … et le rocker. Mais être un manager rock ce n’est pas être marginal, c’est l’inverse. C’est être soi en montrant son appartenance à l’entreprise de façon assumée. C’est créer une solidarité de principe avec tous ses collègues. Vous pouvez compter sur le manager Rock pour rappeler les valeurs de son groupe, et les faire vivre. Le rock c’est la loyauté.

Le manager ROCK vit à cent à l’heure sans jamais oublier de se faire plaisir.

Metro boulot dodo ? Pas pour lui. Le rocker ne s’oublie pas. Moto Boulot Potos ! Quel exemple… quel modèle ! Combien de burn out chez vous ? Combien de coups de fatigue, de coups de stress dans vos équipes ? Etre un manager rock c’est s’occuper de soi pour être meilleur au boulot. C’est aussi inciter ses équipes à équilibrer leur investissement professionnel. Un manager rock est celui qui n’oublie jamais de célébrer les succès collectifs. Je vais bien, je suis bien : donc je bosse bien. Telle pourrait être la maxime du manager rock.

La religion de la CULTURE D’ENTREPRISE tue le manager rock.

Alors ? Vous avez des managers rock dans votre équipe ? Aux prochains entretiens individuels, demandez les goûts musicaux, surveillez les bottes en cuir, les diams à l’oreille, les bouts de tatouages qui dépassent des manches courtes.

Loyal, créatif, interpelant, bienveillant, équilibré… Le manager Rock devrait vous faire rêver. Mais pourtant…

Je me bats tous les jours contre les croisés, les défenseurs de la sacro-sainte « culture d’entreprise ». Oui, vous savez : la CULTURE D’ENTREPRISE. Ce concept de management qui, sous couvert d’efficacité et de volonté de collaboration, vous explique comment parler, comment vous habiller, quelle voiture acheter, comment manger, comment animer des réunions, à quelle heure rentrer chez soi…etc. Ce concept formidable qui explique que soit vous êtes d’accord avec ses principes soit vous êtes contre l’entreprise ! Le bien et le mal version corporate, ou quand la religion de la culture d’entreprise confine à la propagande et au management par l’uniformisation des individus.

C’est cela que vous voulez ? Tout le monde pareil et en rang par deux ? Vous pensez vraiment que votre société avancera mieux et plus vite comme cela ?

Et bien prions mes bien chers frères pour que l’esprit du rock viennent monter l’ampli de votre entreprise à 11 et que votre « culture d’entreprise » soit plutôt celle du talent, de l’initiative et du plaisir de travailler ensemble. En un mot : ROCK.

Bien sûr l’idéal ce serait que ce soit vous, dirigeant, qui fassiez crier la guitare électrique pour enchanter les membres de votre groupe.

Let there be rock.

Arnaud CARDINET

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *